• Cancer de l'endomètre

    • Epidémiologie :
      • Incidence : 6000 nouveaux cas par an en France / Mortalité : environ 1864 décès par an
      • 2ème cancer gynécologique de la femme de plus de 50 ans
      • Pic de fréquence : 64 ans

     

    • Facteurs de risques :
      • Survient le plus souvent après la ménopause sous l’effet de la prise d’œstrogènes, du diabète, de l’obésité et de l’hypertension artérielle
      • Exposition oestrogénique non compensée
        • Traitement oestrogénique seul
        • Tamoxifène (hormonothérapie qui stimule les récepteurs à l’œstrogène au niveau de l’utérus)
        • Obésité androïde (diabète + HTA + hyper-uricémie) [fabrication des œstrogènes par ovaires et tissus gras]
        • Ménopause tardive et pré-ménopause longue
        • Pauciparité (fait d’avoir accouché un petit nombre de fois)
      • Syndrome de Lynch II
      • Nourriture occidentale

     

    • Circonstance de découverte :
      • Signes cliniques:
        • Métrorragies isolées (surtout en post-ménopause)
        • Troubles du cycle sous TTT hormonal
        • Atteinte cervicale +/- polype sentinelle
        • Utérus gros et mou
        • Femme à risque : TTT hormonal déséquilibré, excès d’hormones endogènes (obésité)
      • Dépistage : échographie

     

    • Diagnostic :
      • Examen des biopsies (Pipelle de Cornier*)/curetage endométrial (sous utéroscopie)

    *Outil de référence permettant une biopsie de l'endomètre par aspiration,

    pour un dépistage efficace du cancer de l'utérus

     

    • Les 4 stades du cancer de l’endomètre :
      • Stade I : La tumeur est strictement limitée au corps de l’utérus. Dans ce stade, on distingue les tumeurs limitées à l’endomètre ou qui ne dépassent pas la moitié du myomètre.
      • Stade II : La tumeur s’est étendue au col de l’utérus, mais sans aller au- delà
      • Stade III : La tumeur a atteint la séreuse* utérine et/ou les annexes (Ovaires, trompes de Fallope, ligaments), ou le vagin et/ou les paramètres*, ou les ganglions lymphatiques* proches, ceux du pelvis* (ganglions pelviens) et/ou ceux qui entourent l’aorte (ganglions para aortiques)
      • Stade IV : La tumeur s’est étendue à la vessie et/ou à l’intestin et/ou à des organes plus éloignés sous forme de métastases (ganglions lymphatiques de l’abdomen* ou de l’aine, poumons, foie, os, cerveau).

     

    • Bilan d’extension :
      • IRM
      • Extension locale: lente vers l’isthme et la profondeur du muscle
      • Extension locorégionale : vers le vagin, l’ovaire et le péritoine pelvien
      • Extension régionale: vers les ganglions (si myomètre atteint à plus de 50 % et si isthme atteint

     

    • Anatomopathologie :
      • 90 % des tumeurs épithéliales
      • 80 % des adénocarcinomes de type endométrioïde

     

    • Traitement :
      • Chirurgie simple : hystérectomie totale avec annexectomie (si possible par voie vaginale)
      • Repérage du ganglion axillaire et curage ganglionnaire iliaque (sous cɶlio) si infiltration > 50 % à l’IRM
      • Radiothérapie externe pelvienne (si ganglions pelviens positifs et atteinte du myomètre > 50 %)
      • Curithérapie vaginale (utilisation d’iridium dosé par dosimétrie à l’aide d’un applicateur local, en ambulatoire sans anesthésie)

     

    • Pronostic :
      • Survie globale à 5 ans : 80 % (stade I : 80 % / stade IV : 10 %)
      • Bon pronostic si diagnostic précoce

     

    • Surveillance :
      • Clinique (plaintes, toucher vaginal et pelvien)
        • Tous les 6 mois pendant 2 ans
        • Tous les ans pendant 3-8 ans
      • Examens complémentaires orientés à la demande