• Cancer des os

    Epidémiologie :

    • Cancer rare en France
    • 1000 nouveaux cas par an en France
    • Age < 18 ans dans 70 % des cas
    • Touche essentiellement les os longs (fémur > tibia > humérus)
    • L’ostéosarcome est la plus fréquente tumeur maligne des os

     

    Facteurs de risques :

    • Doses trop élevées de radiothérapie
    • Exposition aux radiations de radium
    • Hérédité (rétinoblastome, syndrome de Werner)
    • Taux de fluor dans l’eau potable
    • Certaines affections ou troubles osseux (maladie de Paget, dysplasie fibreuse, chondrome et ostéochondrome)
    • Trouble hormonal (réponse anormale à la stimulation des hormones de croissance)
    • Présence d’implants métalliques (réparation de fracture osseuse)

    Signes cliniques :

    • Douleur – Changement de la fonction ou de la mobilité de la région affectée (ex : difficulté à marcher)
    • Enflure ou masse palpable
    • Fracture spontanée au niveau de l’os fragilisé
    • Paralysie en cas de compression de la moelle épinière pour les atteintes vertébrales
    • Symptômes néoplasiques : asthénie, amaigrissement, perte de poids, transpiration, frissons
    • Fièvre et sueurs nocturnes inexpliquées

     

    Diagnostic :

    • Examen clinique centré sur la région douloureuse
    • Bilan radiologique : radiologies simples, IRM (atteinte en profondeur) et scintigraphie (métastases), tomodensitométrie/scanner (étendue de la tumeur osseuse)
    • Examen histologique (biopsies)

     

    Anatomopathologie :

    • Ostéosarcome : cancer de l’adolescent, surtout localisé au niveau des os autour du genou, des hanches et des épaules
    • Chondrosarcome: peu symptomatique, fréquent après 40 ans, touche surtout les os du bassin et du fémur
    • Myélome: caractérisé par des images lacunaires typiques et dont le diagnostic est évoqué devant un pic monoclonal sérique
    • Sarcome d’Ewing : affecte en premier lieu les enfants, surtout au niveau des os du pelvis, réalisant des lésions de destruction osseuse entourées de zones de réactions périostées

     

    Traitements :

    • Chimiothérapie (évite l’amputation) – proposé également en TTT néo-adjuvant ou adjuvant
    • Radiothérapie à visée antalgique
    • Chirurgie pour le chondrosarcome

     

    Pronostic :

    • Mieux en lien avec les progrès technologiques et médicaux
    • Dépend du siège de la tumeur, de sa taille, de l’âge, de la présence ou pas de métastases au moment du diagnostic