• Salut à tous, 

    Aujourd'hui je vous écrit un article d'actualité car je vais aborder les jobs d'été et tout ce qui va avec! Et ça tombe bien car je suis en plein dedans puisque je travaille cet été (tout comme l'été dernier) en EHPAD. 

    Alors voilà, il peut s'avérer être assez difficile de trouver du travail pour l'été, même quand on est étudiant infirmier. 

    Ce qu'il faut savoir, c'est que lors de vos études en soins infirmiers, vous pourrez exercer la profession d'aide-soignant. MAIS pour cela, il faut avoir validé certaines unités d'enseignement à savoir : 

    • UE2.10.S1 : Infectiologie hygiène 
    • UE4.1.S1 : Soins de confort et de bien-être 
    • UE5.1.S1 : Accompagnement de la personne dans la réalisation de ses soins quotidiens 
    • UE4.3.S2 : Soins d'urgence (Attestation de Formation aux Soins d'Urgence de niveau 2, AFGSU 2)

    A la fin de votre première année d'étude, une attestation délivrée par votre IFSI vous permettra de postuler pour les postes aide-soignants.

     

    Job d'été

    Quelques conseils pour vos recherches et vos démarches : 

    • Lors de vos stages, vous aurez des bilans de fin de stage attestant de l'acquisition de vos compétences et avec les commentaires de vos tuteurs de stage. Faites des photocopies de ces bilans car ils pourront vous être demandés lorsque vous postulerez pour les jobs d'été mais aussi une fois que vous serez diplomé. 
    • Renseignez-vous au préalable sur les modalités pour postuler dans les établissements qui vous intéressent : 
      • Date limite pour postuler (sachez que le CHU dont mon IFSI dépend, la date limite pour postuler pour l'été est ... le 31 décembre !)
      • Comment postuler : en ligne, par courrier, se déplacer directement (cela peut être précisé sur le site de l'établissement ou en contactant directement l'établissement)
        • Si vous postulez en ligne, assurez vous par la suite que votre candidature a bien été envoyée (appelez le service de recrutement), même si un message "votre candidature à bien été envoyée" s'affiche à votre écran.
        • Si vous postulez par courrier, afin de vous assurer de la réception, vous pouvez envisager de faire une lettre suivie. 
        • Si vous vous déplacez directement, demandez à voir la personne responsable du recrutement, et éviter (si possible) de donner votre candidature à la première personne venue car elle risque surement de ne pas arriver à destination... De plus, le fait de déposer directement votre candidature, cela vous permet d'avoir une première approche avec la personne chargée du recrutement, ce qui est assez positif je pense.
      • Pièces à fournir :
        • Ayez un CV bien rempli avec le détail de vos stages effectués au cours de vos études et de vos expériences passées, cela ne pourra que vous ouvrir des portes !  
        • Une lettre de motivation à votre image, faisant ressortir vos valeurs soignantes et surtout votre motivation !
    • L'entretien d'embauche
      • Même si vous avez envoyé ou déposé au préalable votre CV et votre lettre de motivation, rendez-vous à cet entretien avec une copie de ces derniers, et comme je l'ai dit plus tôt vos bilans de stage (même si non demandés car on ne sait jamais, et si cela sont favorables pour vous ils ne feront qu'appuyer votre candidature, donc n'hésitez pas à les sortir !)
      • Renseignez vous au préalable sur les patients accueillis dans l'établissement, sur les activités de soins réalisées, sur la quantité de personnel travaillant dans l'établissement etc. Plus vous aurez une recherche fournie, plus vous pourrez montrer le jour de l'entretien que vous êtes intéressé et motivé pour travailler là bas.
      • Mon expérience : Vous pouvez lors de ces entretiens rencontrer différents professionnels, tels que :
        • Un entretien d'embauche avec une infirmière coordonnatrice d'un EHPAD
        • Un entretien d'embauche avec une cadre de santé d'un service d'un EHPAD. 
        • Un entretien d'embauche avec un cadre de santé d'un service du CHU. 
      • En EHPAD : Mes entretiens ce sont très bien passés et étaient surtout basés sur mes expériences passées et acquises lors de ma scolarité. 
      • Au CHU : L'entretien était plus formel. Il m'a été demandé de m'imaginer en tant qu'aide-soignante en service de chirurgie et de détailler tout ce que je ferai et mettrai en place auprès d'une patiente arrivant dans le service suite à une fracture du col du fémur... Mobilisation active des savoirs acquis lors de l'unité d'enseignement de traumatologie de première année ! 
    • Une visite médicale d'embauche pourra vous être demandé. Elle pourra être réalisée à la médecine du travail qui dira si vous êtes apte ou non à travailler. Allez-y avec votre carnet de santé (et vos vaccins à jour), votre radiographie pulmonaire que vous aurez faite pour l'admission en IFSI et avec les résultats du Tubertest® réalisé également pour l'admission.
    • Une fois que vous aurez fait tout cela, ne croyez pas pour autant que vous allez forcément avoir un poste au sein de l'établissement. Et pour cause, certains établissements comme le CHU par exemple, vous font passer la visite médicale avant même de savoir s'ils auront réellement un besoin qui correspond à vos dates de disponibilité. Donc pas de faux espoir (comme j'ai pu avoir...), et tenez vous régulièrement informé auprès du service de recrutement de l'établissement sur l'avancé de leurs affectations. 
    • Une fois que vous aurez la confirmation que vous êtes embauché, un complément de dossier pourra être demandé (avec RIB, numéro de sécurité sociale, etc.). 
    • Renseignez vous sur votre planning, si vous allez être doublé ou non (normalement si!).
    • Si possible, demandez à visiter le service ou l'établissement afin d'avoir un repère avant le jour J, et d'avoir une première rencontre avec le reste de l'équipe. 

    Enfin, je vous conseille de multiplier vos candidatures afin d'avoir plus de choix si vous êtes retenu dans plusieurs établissements et puis choisir celui qui vous attire le plus !

    Du coup, pour revenir à ce que je disais au début de l'article, pour ma part je travaille en EHPAD, le même établissement où j'ai travaillé l'été dernier. J'ai pu travailler dans une unité Alzheimer, de nuit, et dans les différentes ailes de l'EHPAD. 

    Pour l'été 2017 je devais travailler au CHU en hématologie adulte-soins intensifs, mais au moment de finaliser mon dossier je me suis rendue compte que les dates pour le poste allaient jusque fin août alors que je n'étais disponible qu'en juillet. Du coup, j'ai eu une assez grosse déception pour le coup, mais ce n'est que partie remise ! 

    Bonne chance à vous dans vos recherches d'emploi et bon courage à ceux qui travaillent cet été ! 


    5 commentaires
  • Je voulais vous dire que ce soir je pense à vous.


    Je voulais vous dire que je suis la dernière personne qui aura vu votre papa, votre fils, votre oncle, votre proche dans ses derniers moments de vie.

    Je voulais vous dire qu'il n'a pas souffert, que nous avons tout fait pour qu'il soit confortable pour s'endormir.

    Je voulais vous dire qu'il était apaisé, que je l'ai rassuré avec ma voix la plus douce possible.

    Je voulais vous dire que je n'ai pas manqué de prendre soin de lui comme j'aurai pu le faire pour un membre de ma famille.

    Je voulais vous dire que c'est la première personne que j'accompagne jusque l'au-delà. Au delà des souffrances de la maladie. 


    J'aurai aimé vous dire tout cela, mais nous sommes une équipe de soin et il faut savoir passer le relais à la fin de notre journée de travail. Passer le relais de la vie pour mieux accompagner la mort, c'est ce qu'on dit...

    Cette équipe qui vous aura accueilli forte et soudée pour vous aider à affronter cette épreuve de la vie et vous accompagner auprès de votre proche. Mais sachez que cette équipe aussi, peu importe l'âge, l'expérience, avoue tout de fois à demi mots ne jamais s'y faire non plus. 


    Je voulais vous dire que je n'oublierai jamais votre proche, la mort on n'oublie pas...


    Souvent on entend dire que le travail reste au travail, qu'il faudrait ne plus y penser en rentrant. Mais quand on est entière dans ses soins, que l'on y met une partie de soi, cela fait parti prenante de nous. C'est l'Humanité de notre metier.

    J'aimerai dire au plus grand monde à quel point la sédation profonde n'est pas une si "mauvaise chose" comme certains le pense. Cette sédation m'a permis de voir mon patient apaisé, non souffrant, et ainsi le respecter et répondre aux attentes si importantes de sa famille de ne pas le voir souffrir. 


    Écrire et penser, pour mieux panser demain.

    Mélanie


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique