• Lithiase

    Affection caractérisée par l’apparition dans un conduit de l’organisme d’une masse organique ou inorganique (calculs) à partir de substances organiques

     

    Principaux organes concernés :

    • Voie urinaire (bassinet, calice, urètre, vessie)
    • Voie biliaire (VB, canal cystique, voies biliaires hépatiques, cholédoque, ampoule hépato-pancréatique)

     

    Les 3 étapes de la formation lithiasique :

    • Sursaturation (↗ des substances cristallisées)
    • Nucléation (constitution des 1ers cristaux qui ne peuvent disparaitre par dissolution)
    • Agrégation ou concrétion (croissance des cristaux)

     

    Colique néphrétique :

    • Syndrome douloureux lombo-abdominal dû à la mise sous tension soudaine de la voie excrétrice du haut appareil urinaire en amont d’une obstruction à l’écoulement urinaire qu’elle qu’en soit la cause
    • Elle peut être simple ou compliquée :
      • Simple : si diurèse conservée et fonction rénale normale
      • Compliquée: si oligoanurie, insuffisance rénale aigüe, état fébrile ou sepsis, bilatérale, échec du TTT antalgique, patient à risque
    • Mécanisme physiopathologique :
      • Migration de la lithiase dans les voies urinaires ce qui provoque une ↗ brutale et rapide de la pression dans les voies excrétrices
    • Douleur : début brutal, intense, sans position antalgique, lombaire unilatérale, irradiant de haut en bas, évolution par crises paroxystiques, fosse lombaire sensible à la palpation/percussion
    • Signes urinaires: pollakiurie, brûlures mictionnelles, hématurie
    • Signes digestifs: nausées, vomissements, iléus réflexe, abdomen tympanique (car gaz)
    • Signes associés: anxiété, agitation

     

    Colique hépatique :

    • Distension aigüe transitoire des voies biliaires due à un calcul dans le canal cystique (ou le canal cholédoque)
    • Signes cliniques :
      • Douleur épigastrique ou sous-corticale droite, vespéro-nocturne
      • Irradiations : transfixiantes, hémi-ceinture, scapulaire droite, inhibition de l’inspiration profonde
      • Signes digestifs : nausées, vomissements
      • Migraines
      • Récidives
    • Signe de Murphy : manœuvre qui provoque une inhibition respiratoire en empêchant le patient de terminer son inspiration

     

    Angiocholite :

    • Migration d’un calcul vésiculaire qui obstrue le canal cholédoque ce qui entraine une rétention et une infection de la bile dans les voies biliaires
    • Signes cliniques :
      • Triade de Charcot : douleur (colique hépatique), puis fièvre, puis ictère (passage de bilirubine sous la peau)
      • Urines foncées, selles décolorées (mastic)
      • Douleur à la palpation
      • Parfois signe de Murphy

     

    Pancréatite :

    • Obstruction canalaire pancréatique à enzymes protéolytiques du pancréas qui provoquent une autodigestion de celui-ci = nécrose
    • Signes cliniques :
      • Douleur aigüe épigastrique transfixiante permanente (atteint son max en qq heures)
      • Douleur soulagée par position d’anté-flexion (chien de fusil)
      • Nausées, vomissements
      • Distension abdominale : iléus réflexe
      • Fièvre ≥ 38°C
      • Signe de Cullen : ecchymoses péri-ombilicales ou des flancs
      • Signe de choc dans les formes graves