• Oedème

    Œdème : pénétration de liquide séreux à l’intérieur des tissus et tout particulièrement à l’intérieur du tissu conjonctif et du revêtement cutané ou des muqueuses

    Plusieurs types :

    • Œdème mou : formation d’un trou après pression (bilatéral), défaillance cardiaque ou hépatique
    • Œdème inflammatoire ou traumatique : peut être associé à un hématome
    • Lymphœdème: suite à un curage ganglionnaire

     

    OAP : œdème aigüe pulmonaire :

    • Physiopathologie :
      • ↗ pressions pulmonaires
      • Transsudat du plasma vers le secteur interstitiel puis vers les alvéoles pulmonaires
      • Eau dans les poumons entrainant une altération de la diffusion de l’oxygène dans les alvéoles
    • Signes cliniques :
      • Hypoxémie à hyperventilation à hypocapnie
      • Si épuisement respiratoire : hypoventilation à hypercapnie à hypercapnie à signes de gravité
      • Angoisse
      • Souvent nocturne
      • Parfois angor fonctionnel, oppression thoracique
      • Contexte de prise de poids, œdèmes des membres inférieurs
    • Prise en charge IDE :
      • Prise des constantes
      • ECG
      • Oxygénation suivant saturation
      • Position semi-assise (risque d’asphyxie en décubitus)
      • Mise en place d’une voie d’abord
      • Reconnaissance des signes de gravité (hémodynamiques, respiratoires, neurologiques)
      • Surveiller la réponse au TTT (diurèse)
      • Interruption des vaso-dilatateurs si PAS basse
    • Examens :
      • ECG
      • Biologie (anémie, kaliémie, fonction rénale, nt-pro-BNP)
      • Gaz du sang (pH, PCO2)
      • ETT (échographie trans-thoracique)
    • Traitements :
      • SG5% (pas de NaCl 0,9% car risque d’aggravation)
      • Diurétiques
      • Vasodilatateurs si OAP hypertensif
      • O2
      • Parfois morphiniques (en cas de dyspnée asphyxique)
      • Ionotropes si choc cardiogénique
      • Assistance cardiaque voire transplantation quand état de choc réfractaire