• Pédopsychiatrie : autisme et troubles envahissants du développement

     

     

    Les TED :

    • Groupe de troubles caractérisés par :
      • Des altérations qualitatives des interactions sociales réciproques et des modalités de communication
      • Répertoire d’intérêt et d’activités restreint, stéréotypé et répétitif
    • Regroupent des situations cliniques diverses
    • Entrainant des situations de handicap hétérogènes
    • Diversité clinique pouvant être précisée sous forme de catégories (TED) ou sous forme dimensionnelle (trouble du spectre de l’autisme TSA)

    Autisme :

    • Autisme infantile = prototype des TED
    • Polymorphisme clinique en lien avec des variations en intensité et en nombre de symptômes

     

    Classifications :

    • CIM 10 : classification de référence des TED en France
    • CFTMEA : classification des troubles mentaux de l’enfant utilisé en France
    • DSM IV et DSM V : classification américaine

     

    Catégories de TED identifiées dans la CIM-10 :

    • Autisme infantile
    • Autisme atypique (en raison de l’âge de survenue, de la symptomatologie, ou des deux ensembles)
    • Syndrome de Rett
    • Autres troubles désintégratif de l’enfance
    • Hyperactivité associée à un retard mental et à des mouvements stéréotypés
    • Syndrome d’Asperger

     

    Données épidémiologiques :

    • Prévalence en 2009 des TED : 6 à 7 pour mille personnes de moins de 20 ans
    • Pour l’autisme infantile : 2 pour mille personnes de moins de 20 ans

     

    Physiopathologie des TED :

    • Trouble neuro-développemental
    • Origines multifactorielles :
      • Hérédité et génétique
      • Neurologique (altération des circuits neuronaux)
      • Biologique / biochimique
      • Environnement

     

    Facteurs de risques et pathologies ou troubles associés aux TED :

    • Facteurs de risques connus :
      • Le sexe : les TED sont + fréquents chez les garçons (sexe ratio : 2/1)
      • Les ATCD de TED dans la fratrie
    • Pathologies et troubles fréquemment associés :
      • Troubles du sommeil
      • Troubles psychiatriques
      • Epilepsie
      • Retard mental
    • Pathologies mono-géniques fréquemment associées :
      • Syndrome de l’X fragile
      • Syndrome de Rett
      • Sclérose tubéreuse de Bourneville

     

    Tableau clinique général des TED :

    • Trouble de la communication :
      • Communication verbale et non verbale
      • Versants expressif (langage oral acquis ou non) et réceptif (compréhension du langage)
      • Difficultés marquées dans le registre abstrait
      • Pas d’élan spontané de demande d’aide
    • Trouble des interactions sociales réciproques :
      • Déficit de l’attention conjointe
      • Particularités du regard et du sourire
      • Incompréhension de l’autre
      • Trouble des habilités sociales, maladresses sociales
      • Variabilité voire absence de l’imitation, des intérêts conjoints et du plaisir partagé
    • Comportements et intérêts restreints :
      • Intérêts particuliers et/ou restreints
      • Activités répétitives
      • Peu ou pas de jeu imaginatif et de faire-semblant
    • Incompréhension du monde environnant, peurs inhabituelles, intolérance aux changements
    • Possibilité de particularités sensorielles:
      • Uni-modalité sensorielle, difficultés d’intégration sensorielle, « appétence » sensorielle
    • Possibilités de particularités cognitives :
      • Hétérogénéité et atypie du profil intellectuel
      • Troubles de l’attention et de la concentration
      • Temps de latence
    • Troubles de la cohérence centrale :
      • Incapacité à extraire parmi un ensemble de stimuli ou d’informations le ou les éléments significatifs ; incapacité à la synthétiser
    • Trouble de la Théorie de l’Esprit :
      • Incapacité pour le sujet à attribuer des états mentaux à lui-même et à autrui et d’avoir conscience que ces état sont différents
      • Test utilisé : test de Sally et Anne
    • Trouble de l’organisation et de la planification
    • Trouble de la persévération des actions
    • Trouble de la généralisation :
      • Incapacité à transposer un apprentissage dans un lieu différent et face à des personnes différentes

     

    L’autisme infantile :

    • Définition :
      • Dyade clinique de l’autisme infantile (DSM V) :
        • Altération de la communication été des interactions sociales
        • Répertoire de comportements, d’intérêts ou d’activités restreint et répétitif

    + Notion d’apparition durant la petite enfance des troubles

    • Le tableau est très caractéristique dès l’âge de 18 mois dans les formes autistiques très précoces comme celle de l’autisme infantile précoce
    • Diagnostic : clinique
    • Signes cliniques :
      • Isolement autistique :
        • Solitude et retrait autistique
        • Altération qualitative des interactions sociales réciproques et des modalités de communication
        • Désintérêt quasi-total à l’égard des personnes, absence de participation aux jeux sociaux imaginatifs
        • Attrait pour les activités solitaires
        • Très net refus de contact
        • Absence d’expression affective manifeste
        • Intérêt compulsif à l’égard des objets
        • Anomalies de la perception à l’égard de con corps : jeux prolongés et curieux avec ses doigts, insensibilité à la douleur…
      • Besoin d’immuabilité :
        • Besoin impérieux de maintenir et de restituer son environnement matériel habituel, dont la permanence et la stabilité des repères dont l’objet de vérifications diverses plus ou moins ritualisées
      •  Stéréotypies:
        • Attitude, geste ou mot, sans signification apparente et inlassablement reproduit (de façon involontaire)
        • Rotatoire, balancement, gestuelle
        • Très caractéristiques
        • Sont de 2 sortes : motrices/gestuelles et/ou verbales
        • Peuvent occasionner des lésions graves (automutilations)
        • Souvent source d’autostimulations
      • Troubles du langage :
        • Constants dans l’autisme infantile
        • Déficit dans la communication non verbale :
          • Absence de pointage proto-déclaratif avec recherche d’attention conjointe (« regarde ce que je vois »)
          • Absence de pointage proto-impératif (parfois) ou pointage instrumental (« donne-moi l’objet que je te montre »)
          • →S’installe entre 9 et 14 mois chez l’enfant ne souffrant pas de troubles autistiques
      • Perturbations dans le développement et l’utilisation du langage oral :
        • Jargon
        • Echolalie : répétition de mots ou de phrases plus ou moins longues, hors contexte
        • Incapacité à utiliser correctement les pronoms personnels (n’utilise pas le « je »)

    →Le « je » apparait vers l’âge de 3 ans chez un enfant ne souffrant pas de troubles autistiques

    • Signes d’alerte :
      • Absence de babillage/pointage à 12 moins
      • Absence de mots à 18 mois
      • Absence d’association de mots à 24 mois
      • Perte de langage ou de compétences sociales
    • Outils pour le clinicien :
      • Outil de dépistage: le chat (check list for autism toddlers)
        • Aide au dépistage précoce de l’autisme infantile
        • 2 sections : questions destinées aux parents et observation de l’enfant par le clinicien)
      • Outil diagnostic: l’ADI (autisme diagnostic interview)
        • Questionnaire de 111 questions posées aux parents
        • Calcul d’un algorithme – Notion de valeur seuil
        • En complément : l’ADOS (autisme diagnostic observation schedule) qui permet une observation ciblée du développement socio-communicatif
    • Difficultés diagnostiques :
      • Savoir différencier un autisme infantile et :
        • Une surdité
        • Des troubles sévères de l’attachement/carences affectives et/ou dépression sévère du nourrisson
        • Une déficience mentale avec manifestations autistiques
    • Bilan paraclinique :
      • Consultation ORL (contrôle auditif)
      • Consultation ophtalmologique (contrôle visuel)
      • Bilan clinique neuro-pédiatrique + EEG +/- imagerie cérébrale
      • Bilan génétique
      • Bilan biologique
    • Prise en charge :
      • La plus précoce possible
      • Globale, individualisée et coordonnée
      • En milieu spécialisé : consultation, HDJ, CATTP
      • Thérapeutique, éducative, comportementale, développementale, pédagogique
      • Pluridisciplinaire : orthophonie, psychomotricité, psychothérapie, bilan neuropsychiatrique, traitements médicamenteux (si besoin), intégration scolaire (standard adaptée ou classe spécialisée)
      • Partenariat avec le médico-social (IME)
    • Méthodes :
      • TEACCH (treatment and education of autistic and related communication handicapped children) : approche cognitivo-comportementale
      • ABA (applied behaviour analysis) : analyse appliquée du comportement
      • Denver et ESDM (early start denver model)
    • Outils :
      • PECS: picture exchange communication system (système de communication par échange d’images)
      • MAKATON: association de pictogrammes et de gestes
    • Les parents :
      • Collaboration pour évaluation, PEC, orientation
      • Vie familiale avec enfant autistique difficile
      • Accompagnement psychologique des parents / fratrie
    • Le réseau :
      • Triangle école-parents-institution
      • Les centres de recherche sur l’autisme (CRA)
      • Les institutions, le secteur médico-social
      • Associations de familles
    • Dimension sociale et financière :
      • MDPH
      • ALD 30
      • AEEH